En blog

Préserver l’environnement et faire des économies liées aux dépenses énergétiques sont deux objectifs incontournables à l’heure actuelle que ce soit pour les locataires ou les propriétaires de logement.

Avoir une maison 100% écologique, c´est un idéal  que peu de personnes peuvent se permettre, cela n´empêche pas de prendre quelques mesures pour rendre son logement plus écologique, d´autant plus que les aides de l´Etat nous y encouragent.

Bien sûr, il existe une multitude de solutions et les innovations en la matière sont incessantes. Nous ne vous proposons pas ici une liste exhaustive sinon  quelques idées de base :

  • Bien isoler

Tout d’abord, il faut isoler le toit, les combles, les murs pour moins chauffer, de préférence par l´extérieur avec un isolant d’une épaisseur de 20 cm minimum. Mieux vaut choisir des produits certifiés Acermi (Association pour la Certification des Matériaux Isolants). Le label  caractérise la résistance thermique et la facilité d’utilisation. Vous avez le choix entre les isolants d’origine végétale (lin, chanvre, liège, fibre de bois, ouate de cellulose, etc.) et les isolants d’origine animale (laine de mouton, plumes de canard etc.)

Ensuite, en ce qui concerne les fenêtres, le mieux est de choisir  un triple vitrage et un cadre en bois (le PVC est polluant et l’aluminium capte trop d’énergie).

  • Bien ventiler

On nous le répète assez souvent, il est indispensable d´aérer pour  préserver la santé des habitants de la maison. Mais cela se traduit souvent par des pertes d´énergie importante.  Une façon efficace de contourner cet inconvénient  est d´installer un système de VMC double flux : la chaleur de l’air sortant est récupérée pour préchauffer l’air entrant.

  • Bien chauffer

Le chauffage est le poste qui consomme le plus d’énergie dans la maison.

Pour réduire votre facture, tournez-vous  vers des sources alternatives de chauffage, comme le chauffage au bois, le chauffage solaire ou les pompes à chaleur.

 En ce qui concerne le chauffage de l´eau, on peut bien sûr investir dans un chauffe-eau solaire. Celui-ci peut fournir en moyenne jusqu’à 60% des besoins en eau chaude sanitaire et être relié au lave-linge et au lave-vaisselle, pour encore plus d’économies. Il est possible d´en installer un dans un logement en construction ou rénovation, en appartement comme en maison individuelle, même dans les régions peu ensoleillées.

Une alternative intéressante qui utilise les énergies renouvelables est le chauffe-eau  thermodynamique : le ballon d’eau chaude est couplé à une pompe à chaleur (PAC) air-eau avec laquelle on récupère les calories présentes dans l’air pour chauffer l’eau dont on a besoin.

Ces améliorations de l´habitat ont bien sûr un coût, mais l´Etat a mis en place une multitude de dispositifs d’aides financières pour vous permettre de bénéficier rapidement d´un retour sur investissement.

Voici les aides financières à votre disposition.

 

AIDES FINANCIERES

CREDIT D’IMPOT POUR LA TRANSITION ENERGETIQUE (CITE)

Le CITE devait prendre fin le 31 décembre 2017, mais le projet de loi de finances pour 2018 prévoit de le proroger d’un an encore. Toutefois, le champ des dépenses éligibles serait progressivement réduit.

Vous avez donc encore un an pour bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des dépenses d’amélioration énergétique. Le CITE serait ensuite transformé en prime qui serait versée dès la réalisation des travaux et éviterait ainsi de faire l’avance des dépenses.

Conditions :

  • votre habitation principale est située en France et achevée depuis plus de deux ans
  • vous êtes propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit, sans condition de ressources
  • les travaux sont effectués par un professionnel RGE-Reconnu Garant de l’Environnement.

Dépenses éligibles : chaudière, isolation thermique, équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable etc.

Les règles relatives à l’imposition sur le revenu sont susceptibles d’être modifiées par la loi de finances 2018 et les lois de finances rectificatives

 

ECO PRET A TAUX 0 (éco-PTZ)

Pour financer des travaux de rénovation énergétique de votre logement, comme l’installation d’équipements de chauffage ou de chauffe-eau utilisant une source d’énergie renouvelable, les travaux d´isolation thermique de la toiture, des murs, des fenêtres.

Conditions :

  • les travaux sont réalisés dans votre résidence principale,
  • vous êtes propriétaire bailleur ou occupant d’un logement ancien,
  • vous êtes copropriétaires occupant ou bailleur, pour financer votre quote-part de travaux entrepris sur les parties et équipements communs ou sur les parties privatives à usage commun de la copropriété, et/ou pour financer les travaux réalisés dans votre lot de copropriété.
  • la construction date d’avant le 1er janvier 1990
  • les travaux sont  effectués par des Professionnels RGE

Le montant maximum accordé est de 30 000 €, remboursable sans intérêt.

Jusqu’au 31 décembre 2018, vous avez la possibilité de demander un 2nd éco-PTZ pour le même logement. Ce prêt doit financer d’autres travaux que ceux financés par le 1er éco-PTZ. La somme des 2 éco-PTZ ne doit pas dépasser les 30 000 €. La demande d’éco-PTZ complémentaire n‘est possible que dans un délai de 3 ans à compter de l’émission de l’offre du 1er éco-PTZ.

 

PRETS CONVENTIONNES

Les prêts conventionnés sont délivrés pour un très large éventail de travaux : construction de la maison principale, achat d’un logement, travaux d’économie d’énergie.

 Conditions :

  • sans condition de ressources.
  • un prêt conventionné ne peut pas être complété par un prêt immobilier « classique » auprès d’une banque.

La plupart des banques ou des établissements financiers ont passé une convention avec  l’État pour pouvoir octroyer ce prêt. Les offres varient d´un établissement à l´autre, il faut donc comparer les conditions avant de s´engager.

 

SUBVENTIONS  HABITER MIEUX DE L’ANAH, Agence nationale d’amélioration de l’habitat

Conditions :

  • L’Anah peut financer vos travaux s’ils permettent de faire baisser votre consommation énergétique d’au moins 25 %.
  • vous êtes propriétaire d’une maison ou d’un appartement que vous habitez.
  • des travaux de rénovation thermique sont nécessaires pour améliorer votre confort et vous chauffer à un coût raisonnable. Il peut s’agir d’isoler votre logement au niveau des murs, combles ou fenêtres ou encore d’améliorer votre système de chauffage ou de chauffe-eau, comme le remplacement de votre chaudière.
  • votre logement a plus de 15 ans à la date où est acceptée votre demande d’aide ;
  • vous n’avez pas bénéficié d’un PTZ (Prêt à taux zéro pour l’accession à la propriété) depuis 5 ans.
  • réservée aux catégories « ressources modestes » et « ressources très modestes »

Si vous vous situez dans la catégorie « ressources très modestes », l’aide de l’ANAH est de 50 % du montant total  des travaux HT, pour un montant de  10 000 € maximum. La prime Habiter Mieux est de 10 % du montant total des travaux HT, dans la limite de 2 000 €.

Si vous vous situez dans la catégorie « ressources modestes », l’aide de l’ANAH est de 35 % du montant total des travaux HT, pour un montant de  7 000 € maximum. La prime Habiter Mieux est 10 % du montant total des travaux HT, dans la limite de 1 600 €.

 

COLLECTIVITES TERRITORIALES

Une aide locale pour vos travaux de rénovation thermique peut aussi vous être accordée par le Conseil Régional, le Conseil départemental ou votre commune.

FamilyZen peut vous aider dans vos démarches (éligibilité des travaux, recherche des professionnels RGE, demande de devis etc), préparer vos dossiers pour la banque et remplir votre déclaration de revenus le moment venu. N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations sur nos services d’assistance administrative.

Les articles récents